"Chaque semaine, Salsanueva délivre des conseils, des explications et des bons plans pour vous familiariser avec le milieu latino. Nous nous efforçons de répondre à toutes vos interrogations sous forme d'articles ludiques. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez une ou des questions qui pourraient faire l'objet d'un sujet. Bonne lecture !"

Pourquoi les bons professeurs de danse sont si rares ?

Pourquoi les bons professeurs de danse sont si rares ?

Souvenez-vous de cet incroyable professeur au collège/lycée qui se différenciait des autres à tout point de vue. Il exerçait une forme de magnétisme sur ses élèves. Il avait « le » truc que ses confrères n’avaient pas.

Quand ce prof parlait, une classe entière l’écoutait avec attention. Ses cours étaient si intéressants que vous ne voyiez plus les minutes filer. Plutôt rare, chez des adolescents sans cesse interrompus par des indentifications intempestives d'Instagram ou Facebook…

Ce prof devait sans doute répondre aux mêmes critères qui définissent un vrai bon professeur de danse. Par définition, ils ne sont pas très nombreux. La totale maîtrise des 4 points qui vont suivre nécessite de l’expérience et une grande capacité d’adaptation.

Examinons ces critères à la loupe !

 

 

Un bon professeur de danse doit être :

 

1. UN BON DANSEUR

En effet, être bon dans la discipline que l’on enseigne peut toujours s’avérer utile… Mais qu’est-ce qu’un bon danseur ? Nous avons écrit un billet à ce sujet : ici. Pour en faire la synthèse, un bon danseur est une personne qui a un bon guidage, une bonne musicalité, des passes variées, de bons appuis, une grande sensibilité/sensualité. Il est précis, puissant et peut faire preuve de beaucoup de légèreté. Un bon danseur se distingue par un style singulier. On le regarde lui plutôt qu’un autre. Ses passes sont fluides et son interprétation unique ne laisse pas indifférent.  

spinning-underground.jpg
 

2. UN BON DIAGNOSTICIEN

En plus d’être un bon danseur, un bon professeur de danse doit être capable de poser un diagnostic sur les erreurs que commettent les élèves. Il doit avoir une conscience aigüe des problèmes que 99% des adhérents rencontrent. En médecine générale, il faut procéder à une consultation avant de suggérer le bon traitement. Il en est de même dans les cours de danse. Il faut comprendre ce qui est à l’origine de l’erreur pour apporter une vraie solution.

 

 

3. UN BON PEDAGOGUE 

Savoir diagnostiquer un problème, c’est bien. Trouver les justes mots pour optimiser la bonne perception d’un message, c’est mieux ! Un bon professeur est une personne qui sait exprimer les choses de manière à ce qu’elles soient comprises par la majorité. Plus le prof a de moyens d’expliquer, plus il est compris par l’ensemble de ses élèves.

En effet, chaque élève a une manière de mémorisation qui lui est propre. Certains comprennent très vite le mouvement grâce à leur mémoire visuelle. D’autres mentalisent, et ont donc besoin d’avoir une explication précise qui décrit mot à mot le mouvement. Et d’autres ont besoin d’image pour associer le mouvement à quelque chose qui leur est plus familier. Par exemple, il est courant d’associer le « rond de tête » en bachata sensuelle à une caresse !

Vous l’aurez compris, un bon professeur ne doit pas disposer d’un seul et unique moyen pour formuler son enseignement.

 

 

4. UN BON ANIMATEUR

Le plus important pour la fin ! En effet, si le professeur remplit les 3 premiers critères, c’est bien. Mais il manque un point crucial : la forme. Un bon professeur est un vrai leader qui, à travers sa passion pour la discipline enseignée, inspire et attire l’attention de son audience. Il structure son cours, possède un haut niveau d’énergie, et sait jongler entre « moments sérieux » et « petites blagues ». Il sait également doser les moments des explications et les moments où les élèves ont besoin de s’entraîner en musique.

À la fin du cours, les élèves doivent avoir la sensation d’avoir appris quelque chose, de s’être déplacés pour une bonne raison. Le bon professeur pousse sa « classe » vers le haut et fédère une vraie communauté.

 

 

Et oui, être professeur de danse, ça ne s’improvise pas. C’est un vrai métier qui s’apprend au fil du temps. Si peu de professeurs de danses latines remplissent ces 4 critères essentiels, c’est aussi parce que l’enseignement de la bachata, salsa ou encore kizomba n’est pas leur activité principale. Il n’y a pas de formation officiellement reconnue pour être professeur de danses latines. Il n’existe pas de cours à la fac sur « Comment bien cadrer un cours de bachata débutant ». Seuls les vrais et grands artistes connus dans le milieu peuvent prétendre à enseigner les fondamentaux pédagogiques.

 

Chez SalsaNueva, école de de danses latine à Paris, nous proposons des cours particuliers et des cours collectifs animés par de vrais professeurs formés par Julien Cogordan, 2 fois champions de France de salsa portoricaine et auteur du livre : « Balance ton couple, lâche ta routine, et sors danser ! ».

Pour celles et ceux qui aimeraient aller plus loin dans l’apprentissage des danses Salsa, Bachata et Kizomba, Julien Cogordan a créé le Body Movement Program : une formation professionnelle en ligne où l’on travaille la coordination corporelle, de la tête aux pieds. Un excellent relais à l’apprentissage en période de COVID-19 !  

body-movement-program.jpg

spinning-underground.jpg
 

Vous aimerez aussi…