"Chaque semaine, Salsanueva délivre des conseils, des explications et des bons plans pour vous familiariser avec le milieu latino. Nous nous efforçons de répondre à toutes vos interrogations sous forme d'articles ludiques. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez une ou des questions qui pourraient faire l'objet d'un sujet. Bonne lecture !"

Pourquoi les danses latinos, c’est 90% de célibataires ?

Si vous faites partie de la communauté latino, vous avez certainement dû le remarquer : il y a ENORMEMENT de célibataires. En effet, il est assez rare de constater une personne en couple pratiquant la salsa/bachata/kizomba seule, de son côté.
Mais pourquoi ? Ces danses sont-elles sujettes à une ambiguïté probante ? Les célibataires y voient-ils une quelconque opportunité de changer leur situation amoureuse et/ou de rompre avec la monotonie de la solitude ?


On décide d’éclaircir cette zone d’ombre avec justesse et, bien entendu, ouverture d’esprit !

 



Cette volonté d’agrémenter sa vie


C’est la vraie raison qui se cache derrière toutes celles que l’on a l’habitude d’entendre. « Je recherche de la convivialité », « j’ai envie de retrouver l’ambiance des vacances en Amérique latine », « la salsa m’a toujours plu », « l’émission Danse Avec Les Stars m’a donné envie »…
Et généralement, derrière toutes ces envies de pimenter son quotidien, se cache un statut : le célibat.


En effet, un couple souhaitant de la nouveauté et des rebondissements va prendre des initiatives à deux comme l’organisation d’un voyage ou l’achat d’un bien. Certes, le couple peut très bien se rendre ensemble dans un cours de salsa. Mais vous n’êtes pas sans savoir que l’on est amené à changer de partenaire toutes les 2 minutes… Et il y a souvent l’une des deux parties qui n’aime pas la danse, n’a pas le sens du rythme et ne souhaite pas faire l’effort. L’un se retrouve coincé par le manque d’intérêt de l’autre. Bref, ça sent le roussi !


À contrario, la danse de couple, pour les célibataires, c’est une aubaine ! On est seul dans sa prise de décision, prêt à vivre de nouvelles aventures et à faire de nouvelles rencontres. D’ailleurs, il n’est pas rare d’entendre « J’ai toujours été attiré(e) par ces danses-là, mais je n’ai jamais débuté car avant j’étais en couple ». Cela prouve bien une chose : les danses de couple amènent des remarques tendancieuses. Et pour cause, la danse de couple n’est-elle pas l’expression verticale d’une frustration horizontale ?


Il est rare de danser qu’avec sa copine/son copain toute une soirée. Le fondement des soirées latinos étant la découverte de l’autre, de son énergie, de sa capacité à guider et à être guidé. Les soirées salsa, bachata, kizomba génèrent un échange permanent de partenaires. Cela fait partie du jeu, c’est rentré dans les mœurs. En plus, cela donne inévitablement un coup de boost à son taux de progression.

 



Les danses latinos vues par les femmes


Les femmes n’ont pas la même démarche que les hommes. Faisons une comparaison avec les boites de nuit : les filles, même célibataires, sortent pour le plaisir même de danser, de s’amuser, de se divertir. En soirée latino, elles sont généralement dans une optique de développement personnel. Non seulement la danse de couple est une fabuleuse occasion de passer un agréable moment, mais à travers cette pratique, on gagne en confiance et en féminité. Elles vont faire de leur mieux pour intégrer les passes. C’est une fierté personnelle que de constater ses progrès et les afficher sur la piste ! Très connectées à leurs émotions, les femmes recherchent un plaisir immédiat.


Les danses latinos vues par les hommes


Les hommes, quant à eux, vont prendre davantage de temps avant de s’éclater sur la piste. Le plaisir de danser ne se ressent pas tout de suite pour la simple et bonne raison que la phase d’apprentissage est plus longue. Leur motivation pour tenir bon ? La rencontre et les interactions avec le sexe opposé. Du moins au début.


S’ils adhèrent à l’apprentissage des danses latines malgré la difficulté, ils ne verront plus ces danses comme un moyen de conclure mais comme un moment de plaisir permanent. S’ils estiment que l’apprentissage de ces danses demandent trop d’efforts, ils vont très vite déchanter et abandonner. Après tout, les applications de rencontre demandent moins d’investissement.
Et oui, il faut faire preuve de détermination et aimer apprendre pour arriver aux résultats escomptés !

 


Les célibataires sont plus sujets à prendre des risques


Ils se sentent libres et sont friands de nouveautés. Pratiquer une activité (d’autant plus si elle implique des sorties) est l’occasion idéale de s’évader, de partager des moments avec des passionnés autour d’un intérêt commun. Bref, de ne pas subir son célibat, de faire quelque chose de positif à forte valeur ajoutée.


Si le monde latino est composé de 90% de célibataires, ce n’est pas totalement un hasard. Après tout, pratiquer les danses latines peut être un formidable outil de séduction. D’ailleurs, de nombreux couples se sont formés grâce à des soirées salsa, bachata, kizomba. De nombreux couples se sont également disloqués. Le milieu latino engendre un flux constant de va-et-vient et de je te « je te suis, tu me fuis »…

 

Et vous, quelle est votre expérience par rapport à ce sujet ?