"Chaque semaine, Salsanueva délivre des conseils, des explications et des bons plans pour vous familiariser avec le milieu latino. Nous nous efforçons de répondre à toutes vos interrogations sous forme d'articles ludiques. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez une ou des questions qui pourraient faire l'objet d'un sujet. Bonne lecture !"

Rechercher dans le Blog

La salsa portoricaine est-elle en voie de disparition ?

La salsa portoricaine est-elle en voie de disparition ?

 

 

La popularité de la salsa portoricaine, au fil du temps

Bien que le titre de cet article puisse paraître quelque peu exagéré, il est tout de même le reflet d’une certaine réalité ! En effet, plus le temps passe, plus la salsa portoricaine perd en notoriété, au profit de la salsa cubaine.

Dans les années 2000, la salsa portoricaine était l’une des danses latines les plus à la mode. Désormais, le mambo, ou aussi appelé la salsa portoricaine, est de plus en plus reléguée au rang de maillon faible ! En effet, la tendance est plutôt à la salsa cubaine, la bachata ou encore la kizomba. D’une certaine manière, on peut dire qu’à présent, ces trois danses se partagent presque tout le gâteau !

Mais comment et pourquoi la salsa portoricaine a-t-elle pu connaître un tel déclin ? Eh bien, c’est justement, ce que nous allons découvrir, ensemble, dans cet article !

 

 

L'âge d’or de la salsa portoricaine

Il y a quelques années, de nombreuses soirées étaient consacrées à la salsa portoricaine. Si bien que chaque soir de la semaine, se déroulait au moins une soirée mambo ! Les événements salsa portoricaine en plus d’être nombreux, étaient tenus dans des lieux majestueux (Les Étoiles, le Balajo, les soirées Phil&Madj, le Barrio Latino, la Coupole…). Surtout, les soirées organisées à Paris ! Les danseurs s'apprêtaient particulièrement, pour danser la salsa portoricaine. Aucun détail n’était laissé au hasard dans leur tenue, de manière à ne pas entacher le côté chic et raffiné de la danse !

 

Le déclin de la salsa portoricaine

À l’instar de la Bachata, Kizomba et Salsa Cubaine qui comptent chacune une soirée par soir….La salsa portoricaine ne compte qu’une seule soirée hebdomadaire à Paris (Le O’Sullivans). Désormais, les soirées salsa portoricaine se font rares, et n’ont lieu que lors de certains événements. Elles se déroulent principalement en banlieue, dans des salles de sport. Les bars prestigieux d’antan, ont laissé place à des verres en plastique, remplis de sirop à la menthe. La clientèle est vieillissante et les tenues vestimentaires laissent à désirer. En effet,  le jean et le t-shirt semblent constituer le dress code favoris des salseros et salseras d’aujourd’hui.

 

salsa-underground-2.jpg

 

Une tendance des amateurs, à se tourner vers la facilité

Le plus souvent, les danseurs en herbe souhaitent apprendre une danse qui leur semble facile et accessible. Autrement dit, une danse qui leur apportera le plus de résultats en un rien de temps et un minimum d’effort.

Contrairement à la salsa cubaine, la salsa portoricaine est plus compliquée à intégrer. Et ce, autant pour les hommes que pour les femmes !  En effet, cette danse requiert une certaine rigueur, et surtout beaucoup de technicité. C’est pourquoi, des années d'entraînement sont bien souvent nécessaires, avant d’obtenir des résultats concluants en mambo..

La salsa cubaine fait de l’ombre à la salsa portoricaine, de part la facilité et la jovialité qu’elle dégage de prime abord. Tandis que la salsa portoricaine se veut plus conservatrice, en mettant un point d’honneur sur la technique et l’esthétisme !

 

spinning-underground.jpg

 

L'influence des professeurs

Comme la salsa portoricaine est assez technique, les professeurs de porto souhaitent, avant tout, s'assurer que les pas de base soient bel et bien maîtrisés par les élèves. Il y a donc un gros martellement des comptes sur la musique salsa. Par conséquent, les professeurs de salsa portoricaine ne mettent pas assez l'accent sur le côté fun. Ils ne rendent pas cette salsa assez festive. Le fait de s'attarder uniquement sur la rigueur et la technicité de cette danse, peut décourager les élèves et les inciter à se tourner vers une salsa plus "bon enfant" telle que le salsa cubaine.

Peut-être faudrait-il, dès le début, laisser de côté l'aspect élitiste de la porto pour favoriser l'adhésion. 

Une discrimination de la salsa portoricaine à la radio

Là encore, la salsa portoricaine est quelque peu mise de côté. En effet, les radios latines diffusent beaucoup moins de morceaux portoricains qu'auparavant. Et desservent donc le mambo, par la même occasion !

 

Finalement, la salsa portoricaine est-elle en voie de disparition?  

La salsa portoricaine se fait bel et bien de plus en plus discrète des parquets, cela va sans dire. Ceci étant dit, n’oublions pas que le mambo est une danse qui vaut le détour. Et ce, de par son esthétisme et sa technicité légendaire !

Envie de connaître les subtiles différences entre la salsa portoricaine et la salsa cubaine ? Alors, Rejoignez SlasaNueva, sans plus tarder ! 

Vous aimerez aussi…